Ex-Voto

« Ex-Voto » est une proposition poétique réalisée dans le cadre de la première édition de Résonance – Biennale de Lyon 2003 qui avait pour titre « C’est arrivé demain ».
Cette exposition est le fruit d’un voyage, entre passé et avenir, avec comme point de départ le petit cimetière de Collioure, dans lequel est enterré le poète Espagnol, Antonio Machado, né en 1875 à Séville et mort à Collioure en 1939.
Sur sa tombe, de nombreuses lettres et poèmes sont déposés au milieu des bouquets de fleurs séchés.
Le temps a délavé l’encre et fait se gondoler le papier mais les mots de remerciement restent toujours lisibles.
On écrit à Antonio Machado comme on écrit à un grand frère, un ami.
Près de la tombe, dans la boîte à lettre, posée à cet effet, de nombreuses lettres attendent la levée.
Je prend une feuille, dessine, et glisse dans la boite à lettre le dessin plié en deux.
Le voyage, qui va me mener jusqu’en Andalousie pour faire un vœu, sera éclairé de ce geste.

José Luis Lopez

« Ex-Voto » is a poetic proposal produced within the framework of the first edition of Résonance – Biennale de Lyon 2003 which was entitled « It happened tomorrow ». 

This exhibition is the fruit of a journey, between past and future, with as a starting point the small cemetery of Collioure, in which is buried the Spanish poet, Antonio Machado, born in 1875 in Seville and died in Collioure in 1939

On his grave, many letters and poems are placed among the bouquets of dried flowers. 

 Time has washed away the ink and made the paper curl, but the words of thanks are still legible. 

 We write to Antonio Machado as we write to a big brother, a friend. 

 Near the grave, in the letter box, placed for this purpose, many letters await the lifting. 

 I take a sheet, draw, and slip the drawing folded in two into the letterbox. 

 The journey, which will take me to Andalusia to make a wish, will be illuminated by this gesture. 

 José Luis Lopez


L’artiste lyonnais José-Luis Lopez présente d’improbables ex-voto. De ces constructions sensibles, arbitrairement ébauchées, apparaît la trace divagatrice d’une mémoire archaïque inscrite dans notre corps. Le retour aux choses primitives, voilà le voyage entrepris ! José Luis Lopez offre le résultat d’une enquête généalogique et s’empare en leur présence d’une brusque vue intuitive des conditions universelles de la création. Il fixe un point de rencontre dans ce chantier de la mémoire, à la matérialité apparemment lourde, où chacun est saisi par l’impression fulgurante que son être corporel se souvient de l’unité originelle entre l’homme, la matière et les croyances.
Après avoir, pendant plus de 20 ans, traqué la trace dans ses peintures, José Luis Lopez nous livre aujourd’hui quelques secrets essentiels sous formes de boîtes à vœux. Entre misères matérielles et assemblages contingents, un nouvel ordre spirituel, débarrassé de tout mysticisme, interroge notre façon d’habiter le temps.
Cette exposition est le terme jubilatoire d’une approche introspective de la persistance de l’archétype. Il y a ici des forces en présence, des effets de vérité, qui sont bien plus que « la conséquence d’un vœu » purement artistique.

Laurent Lévi






				

		

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.